Rechercher
  • Corinne Mawet

L'école à la maison (I.E.F.) : comment ne surtout pas faire comme à l'école ?

Je n'ai à ce jour encore jamais rencontré des parents qui décident de faire l'école à la maison et qui ne s'interrogent sur le "comment faire" ? Entre leur idéal, leur vécu, la spécificité de leur(s) enfant(s), les exigences légales...il y a matière à cogiter !

Mon expérience de pédagogue m'a ouvert plusieurs pistes pour contribuer à se positionner en tant que "prof" de son (ses) enfant(s).

Au fil des jours, j'aborderai dans ce blog mon point de vue sur le sujet, je partagerai mon expérience et la façon dont chacun peut, il me semble, construire dans le quotidien l'attitude utile à un apprentissage "surtout pas comme à l'école" :-).


Pour ce premier post : accepter que nos enfants ne soient pas comme nous.


Un enfant n'a rien de compliqué ! Par contre si en tant qu'adulte je crois mieux savoir que lui ce qu'il lui faut en matière d'apprentissage, comment il doit se comporter pour réussir dans la vie... alors là ça risque d'être épuisant et contre-productif pour tous ! L’intérêt des diverses pédagogies ne réside pas dans les solutions qu'elles apporteraient pour éduquer un enfant. Je suis maintenant convaincue que toutes les pédagogies sont élaborées par des adultes pour des adultes. Je veux simplement dire par là que nous, les adultes, nous avons besoin d'ouvrir nos cerveaux conditionnés pour être capables d'appréhender, d'accompagner chaque enfant sur son chemin d'apprentissage. On lit beaucoup ça et là, la nécessité "d'apprendre à apprendre" aux enfants et aux jeunes. Je vois bien sûr l'intention mais je crois surtout qu'il est essentiel de veiller à ne pas dégoûter d'apprendre parce qu'apprendre "comme je suis", ça chacun sait le faire depuis sa naissance dès lors qu'une relation à un autre être humain est entretenue. Les différents mouvements pédagogiques sont donc pour moi une mine précieuse pour comprendre les mécanismes de l'apprentissage et ainsi être capable de comprendre et d'accompagner le chemin d'apprentissage original de chacun.


Quand je vois tout ce qu'un parent est capable de mettre en œuvre pour faire l'école à la maison, il est évident que son intention d'être pédagogue est un puissant levier. Je n'ai rencontré que peu de parents ne souhaitant pas être un soutien constructif dans la vie de leur enfant mais par contre j'ai presque toujours vu des parents démunis face à leur enfant lorsqu'il ne comprend pas comme eux ! Il s'agit donc bien de cerner notre intention . Vouloir le meilleur pour son enfant, au fait qu'est-ce que ça veut dire ? Lui éviter nos souffrances du passé ? Lui permettre d'être reconnu par la norme sociale ? Ou simplement être de façon adéquate un partenaire dans sa vie ?

À chacun sa réponse et je n'ai pas à la juger ! Par contre mon expérience me permet d'observer que lorsqu'on veut le bien de l'autre malgré lui ou sans lui, on s'épuise et on n'est en rien un facilitateur de vie. Je constate tous les jours combien il est difficile d'être suffisamment confiant en soi, en l'autre et en la vie pour ne pas anticiper, interpréter, modeler les besoins des enfants en matière d'apprentissage. La peur que la baguette magique du bonheur ne nourrisse pas leur vie d'apprenant emmène parfois bien loin du rêve de pédagogue idéal que nous faisions...


Apprendre à observer son enfant, ce sera le thème des prochains posts.


À bientôt!




310 vues